Nous nous rendons à l’ONU pour y amener la paix universelle - Mircea Cărtărescu

Nous nous rendons à l’ONU pour y amener la paix universelle

tu es mon orient le plus proche
tu es ma conversation de la bhagavadgita
entre le dieu et l'arjuna.
dans ton armoire sur des cintres tu as la lune et les étoiles.
j’ai hâte que toi et moi
nous nous en allions, allez viens, avec la vroum-vroum
jusqu’au bel immeuble qui abrite le siège de l’ONU
(n’oublions pas le tire-bouchon et notre vin de jidvei)
et, mon amour à la chevelure frisée naturellement
célébrons le charme des nuages, du vent, du rire, et de ce qui est coloré universellement :
les mains transparentes caressant les aisselles
et le sein et la volute de la hanche quand tombe la nuit,
et des cils les frémissements.
arrêtons les inondations, la faim, la tyrannie, de la terre les tremblements
et le ver qui, de l’intérieur, ronge la rose.
que la leucémie nous la défions
que la nostalgie, la frustration et le SIDA nous les apaisions
qu’avec la courtilière, la mort du soleil, l’enfer et la chenille de même nous fassions…

cri, nous pouvons tout cela,
car nous nous aimons de toutes les choses au-delà
et parce que l’amour apporte le paradis sur terre.

(ioana pleure, je vais l’enchanter).

Adăugat de: gabrielle danoux

vezi mai multe poezii de: Mircea Cărtărescu



Distribuie:






Împărtăşeşte-ne opinia ta:

Pentru a scrie un comentariu trebuie să fii autentificat. Click aici pentru a te autentifica.