Inquiétude - Constantin Michael-Titus

Pas d’aube,
nuit,
pas de bruit de vie,
un sourd silenca.
Personne ici,
personne à la porte,
totale absence.
Pas de maison,
pas de meubles,
de tableaux
classiques ou modernes.
Des souvenirs estompés,
l’horologe arrêtée,
pas d’espace,
rien à sa place,
le néant,
le passé béant
devant
sans yeux,
sans visage,
stupide, mesquin...
...la fin...
Quelque part l’espoir
clandestin,
maquisard
contre le fin
et demain,
demain
avec le coeur
vainqueur.

Adăugat de: Lucia

vezi mai multe poezii de: Constantin Michael-Titus








Împărtăşeşte-ne opinia ta:

Pentru a scrie un comentariu trebuie să fii autentificat. Click aici pentru a te autentifica.